Lun-Ven: 16:30-18.30, Sam: 10:30-12:00
Messes : Sam 18:30, Dim 10:30
Homélie – 2e dimanche Pâques, B
Accueil » La Liturgie  »  Messes  »  Homélie  »  Homélie – 2e dimanche Pâques, B
Homélie – 2e dimanche Pâques, B

« La paix soit avec vous ! ». Ces paroles de Jésus ressuscité, il les répète trois fois. Ce sont ses premières paroles. Jésus veut avant tout apporter la paix là où il y a le trouble, la peur, et aussi la violence. Jésus rencontre deux fois les apôtres, à une semaine d’intervalle : il les rencontre le premier jour et le 8ème. Le premier jour, Jésus dit deux fois « La paix soit avec vous » à ses disciples, avec deux portées différentes. D’abord, Jésus veut rassurer ses amis et leur procurer de la joie en les revoyant. Eux qui avaient été si affectés par sa disparition, sa mort violente sur la croix. Et la deuxième fois, Jésus les envoie : « De même que le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie. » Et Jésus leur promet l’Esprit-Saint, en particulier pour pardonner les péchés en son nom. La paix que nous recevons, une paix intérieure, agrémentée de joie, cette paix nous devons la diffuser, elle passe par le pardon, par la miséricorde. Nous voyons que toute la Trinité intervient : Jésus l’envoyé du Père donne son Esprit à ses apôtres et à nous-mêmes pour nous envoyer dans le monde.

Le 8ème jour, les disciples qui ont reçu la paix de Jésus sont encore derrière leurs portes verrouillées. Il manquait Thomas la première fois. Est-ce pour cela que la paix ne pouvait pas leur parvenir complètement ? Pour connaître la paix il faut être tous présent, il ne faut pas qu’il en manque un ! Il y a un lien entre paix et unité ! Thomas, nous l’aimons bien parce que nous aussi nous préfèrerions voir pour croire. Ce n’est pas facile de croire, nous devons persévérer et cela nous rend heureux comme nous dit Jésus : « Heureux ceux qui croient sans avoir vu ». Thomas met le doigt dans les blessures de Jésus, comme pour soigner ses propres blessures. Et il a cette très belle expression de foi devant Jésus : « Mon Seigneur et mon Dieu ». Désormais les disciples n’auront plus peur, leur cœur sera déverrouillé, et ils pourront témoigner de leur foi et propager la paix qu’ils ont reçue.

D’ailleurs la paix nous la retrouvons bien dans le livre des Actes des Apôtres que nous avons entendu en première lecture. Les premiers chrétiens vivent une vie de partage, ils mettent tous leurs biens en commun, ils prient ensemble, partagent avec les plus nécessiteux. Une grande paix se dégage de cette communauté alors que les troubles extérieurs devaient être toujours là avec les premières persécutions à venir. Nous aussi nous vivons dans un monde troublé, par la violence, le repli sur soi. Que notre vie communautaire, en particulier paroissiale, nous apporte la paix. Cette paix, nous la recevons du Christ ressuscité en ce temps de Pâques où notre foi est renouvelée dans la joie, nous la recevons ensemble, et nous devons être ensemble des artisans de paix. Et cela doit nous rendre heureux comme le dit la Béatitude, comme notre foi nous rend heureux d’un bonheur contagieux.

St Jean dans sa première lettre, insiste sur la renaissance que nous fait vivre notre foi : nous sommes nés de Dieu. Etre nés de Dieu, être des enfants de Dieu, c’est vivre de ses commandements de l’amour. « Qui est né de Dieu est vainqueur du monde » nous dit St Jean. Que par notre foi renouvelée en cette fête de Pâques et en ces temps troublés, nous nous sentions toujours plus envoyés dans le monde pour être les témoins d’un Dieu qui n’est pas venu pour juger le monde mais pour le sauver et lui apporter la paix.

P. Jean-Christophe Cabanis
Ac 4, 32-35 ; Ps 117 (118), 2-4, 16ab-18, 22-24 ; 1 Jn 5, 1-6 ; Jn 20, 19-31

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to Top