Lun-Ven: 16:30-18.30, Sam: 10:30-12:00
Messes : Sam 18:30, Dim 10:30
Homélie – L’heure de Jésus – 5ème dimanche de Carême, année B
Accueil » La Liturgie  »  Messes  »  Homélie  »  Homélie – L’heure de Jésus – 5ème dimanche de Carême, année B
Homélie – L’heure de Jésus – 5ème dimanche de Carême, année B

C’est le dernier dimanche de Carême avant les rameaux. Cinq dimanches de Carême pour nous préparer aux fêtes de Pâques.

Tout d’abord se convertir : c’est notre bonne volonté qui est sollicitée. Il ne faut pas rester sur le bord du chemin ! Dans le vague à l’âme ! Il faut s’éloigner de ses habitudes et choisir d’aller au désert pour : jeûner, prier et partager.

Puis il faudra faire un bout de chemin avec l’évangile. Découvrir des aspects encore inconnus du Jésus des évangiles, celui qui nourrit notre foi ! Pour ne pas être une terre rocailleuse dans laquelle rien ne peut pousser longtemps.

Le troisième dimanche nous invite à nous laisser éclairer par l’Esprit saint qui seul nous purifie de l’intérieur. Pour ne pas se laisser envahir par les frivolités du monde.

Dimanche dernier, Nicodème était la figure de notre conscience éclairée par le Christ lui-même, celui des évangiles toujours. Faire la vérité pour découvrir d’autres espaces de liberté intérieure… la Vérité vous rendra libre assure Jésus. Agir, vivre à sa manière, être disciple de l’intérieur : c’est la source d’une joie profonde et durable, de la joie parfaite dont parle jésus. Pour devenir la bonne terre de la parabole du semeur que vous avez reconnue !

Le cinquième dimanche nous prépare donc ultimement à vivre les fêtes de Pâques. Par nos efforts et avec la grâce de l’Esprit Saint nous sommes rendus capables d’accueillir l’ultime révélation : celle de la Croix. Nous sommes rendus capables de voir en Jésus crucifié l’amour rédempteur. Comme le centurion de l’armée romaine qui a vu en cet homme crucifié le Fils de Dieu…

Dans l’évangile d’aujourd’hui, il y a des Grecs montés à Jérusalem pour adorer Dieu pendant la fête de la Pâque et qui demandent : Nous voudrions voir jésus ! Ces gens semblent associer « Adorer Dieu » et « voir Jésus » ! Jésus enseigne trois années durant ses disciples pour qu’ils croient en Lui ! St Jean l’affirme plusieurs fois : les disciples crurent en Jésus. Leur foi, sincère sans aucun doute, n’est pourtant pas encore aboutie. Déjà Jésus a fait par trois fois l’annonce de sa mort et de sa résurrection. Mais ce n’est pour le moment qu’une annonce incompréhensible pour eux. St Jean rapporte que ces Grecs font leur demande à Philippe qui va le dire à André. Ce sont les deux disciples de la première heure ! Ceux qui au début de l’évangile de Jean demandent à Jésus : « Rabbi où demeures-tu ? » … Jésus leur avait répondu: « venez et vous verrez »… ils virent où demeurait Jésus et restèrent ce jour là auprès de Lui ! dit l’évangile… Les deux disciples transmettent donc la demande grecque à Jésus. Sa réaction sonne comme un coup de tonnerre : L’heure est venue où le Fils de l’homme doit être glorifié. Être glorifié, c’est donner la pleine mesure de soi-même, c’est tout donner ! Et l’heure à laquelle on donne tout, l’heure de Vérité, c’est toujours bouleversant ! Pour Jésus : c’est l’heure de sa passion, de sa mort et de sa résurrection. Alors le Fils de l’homme revient à l’essentiel : Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. C’est pour cela que je suis parvenu à cette heure-ci ! Père, glorifie ton nom !

L’heure de Jésus, c’est d’abord l’heure du Fils de Dieu ! La voix venue du ciel en témoigne : Je l’ai glorifié et je le glorifierai encore… Être glorifié, c’est donner la pleine mesure de soi-même, c’est tout donner !

L’heure de Jésus, c’est l’heure de la miséricorde de Dieu : Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique… en d’autres termes Il s’est donné lui-même ! L’heure de Jésus, c’est le jugement de ce monde ; maintenant le prince de ce monde va être jeté dehors… La vérité va éclater au grand jour, visible à tous : l’amour infini de Dieu est victorieux de la mort… C’est ce que nous célébrerons dans quelques jours. L’heure de Jésus, c’est aussi aujourd’hui en 2024 car Dieu agit dans le temps et l’éternité.

Après tous nos efforts de Carême pour nous rapprocher du Christ, c’est l’heure de sa présence… légère et lumineuse. Notre dernier effort maintenant, c’est de consentir à ce mystère, reconnaître simplement nos limites : elles sont sur la Croix… Sans moi vous ne pouvez rien faire, avait dit Jésus à ses disciples. C’est en Artisan de Paix, à la Croix qu’il vient réconcilier le monde !

Les Grecs venus à Jérusalem pour adorer, verront-ils Jésus ? L’évangile ne le dit pas. Ces Grecs représentent le cri de tous les hommes vers Dieu, comme celui de Simon Pierre s’enfonçant dans la mer : Seigneur sauve moi ! C’est à ce cri des hommes que Dieu est venu répondre et auquel il répond inlassablement à chacun. Pâques veut dire passage, cela veut dire aussi espérance et joie. Il n’y a pas plus réaliste que l’heure de Jésus parce qu’elle va jusqu’au bout. Elle nous rejoint dans notre vie, et elle nous tendra la main à l’heure de notre passage, comme pour Simon Pierre dont Jésus saisi la main pour le sauver. L’heure de Jésus est nécessaire : sans elle la joie reste factice et l’espérance sans objet. L’heure de Jésus est promesse : et Dieu réalise toujours ses promesses. C’est Jésus lui-même qui nous l'a faite : quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes. Alors pour reprendre les mots du psaume: Seigneur, ernds-moi la joie d’être sauvé ; que l’esprit généreux me soutienne.

Amen.

P. Pascal Desbois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to Top