Lun-Ven: 16:30-18.30, Sam: 10:30-12:00
Messes : Sam 18:30, Dim 10:30
Homélie Christ Roi, la Vraie Royauté
Accueil » La Liturgie  »  Messes  »  Homélie  »  Homélie Christ Roi, la Vraie Royauté
Homélie Christ Roi, la Vraie Royauté

L’évangile d’aujourd’hui conclut l’enseignement eschatologique de Jésus. C’est l’enseignement sur le jugement dernier. Un jugement… on ne peut plus concret : Donner à manger à ceux qui ont faim, donner à boire à ceux qui ont soif etc.

Ou bien ne pas l’avoir fait en temps voulu …. Voici le critère du jugement : à première vue il semble bien légaliste. Et puis, qui peut affirmer être objectivement d’un côté ou de l’autre, du côté des brebis ou du côté des chèvres ? De ceux qui ont fait preuve de charité ou de ceux qui en ont manqué ?… A la veille de sa passion, Jésus invite donc ses disciples à agir concrètement, à aimer son prochain concrètement … comme lui qui s’apprête à nous donner sa vie par amour sur la Croix ! C’est à la Croix que Jésus reçoit sa Royauté… ou plutôt qu’il accueille son peuple. Son peuple, il l’avait décrit un peu plus tôt dans une parabole (celle du festin de noces) : ce sont les gens rencontrés sur les chemins, dit le texte, les mauvais comme les bons… ils seront tous conviés à ces fameuses noces. Son peuple, c’est le peuple des pécheurs. Pendant la Passion, Ponce Pilate, un peu affolé, lui demandera, dubitatif : Alors tu es roi ? Jésus lui répondra : C’est toi-même qui dis que je suis roi. Moi, je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci : rendre témoignage à la vérité. Quiconque appartient à la vérité écoute ma voix. La Royauté du Christ, ce n’est pas une royauté mondaine, c’est la Vraie Royauté, et le règne qu’il annonce, c’est celui qui doit guider nos actes.

Dans l’enseignement d’aujourd’hui, il y a quelque chose de très surprenant : aucun des hommes, qu’ils aient fait du bien ou du mal, ne l’ont reconnu à travers le prochain! Cette royauté annoncée « de proximité » semble être cachée aux hommes. C’est peut-être l’enseignement majeur de Jésus juste avant sa passion : Dieu reste Dieu, il reste le « Tout Autre », insaisissable, et pourtant si présent dans notre vie ! Tous ces actes bons sont bons par eux-mêmes et ils ont une grande valeur aux yeux de Dieu mais ne sont pas suffisants pour nous délivrer du mal. Toutes ces victoires concrètes de la charité ont leur source et trouvent leur raison d’être dans une victoire qui échappe à l’homme et qui ne revient qu’à Dieu seul par son Fils Jésus-Christ. Cette victoire du bien sur le mal est acquise par le Christ à la Croix et elle est manifestée à sa résurrection. Cette unique victoire : elle est acquise pour chacun de nous. Le règne de Dieu, qui n’est pas de ce monde dira Jésus à Pilate, s’étend bien au-delà de la vie d’ici-bas. Pourtant Jésus nous demande d’y travailler dès à présent !

Alors travailler au règne de Dieu, ce n’est pas vouloir établir un paradis terrestre... Ce serait une illusion, un produit d’utopies humaines… une nouvelle tour de Babel ! Travailler au règne de Dieu ici-bas, c’est produire des actes concrets de justice…. Oui… Mais il faut les considérer comme le fruit de l’œuvre de la miséricorde de Dieu en nous car l’œuvre que nous faisons concrètement, Dieu l’a déjà réalisée réellement en nous qui sommes pécheurs ! Sans cela nous allons nous prendre pour LUI! Cette œuvre qu’il a déjà faite en nous, il l’a réalisée pour nous à la Croix… il nous y obtient le pardon des péchés. Le livre de l’Apocalypse exprime cette royauté intime avec le Christ : Moi, tous ceux que j’aime, je leur montre leurs fautes, et je les corrige. Eh bien, sois fervent et convertis-toi. Voici que je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui ; je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi. Cette royauté intime, nous pouvons la méditer aussi dans le psaume 22 : le berger bienveillant n’est autre que le Christ Roi.

Cette royauté intime, elle est déjà acquise pour chacun de nous, réalisée en chacun de nous, Elle nous demande simplement d’y adhérer pour réaliser à quel point nous sommes aimés de Dieu. C’est alors que nous désirerons faire le bien autour de nous … et plus encore, nous saurons reconnaître le Christ agissant tout autant en nous que dans notre prochain. Dans St Luc, au retour des apôtres en mission, ils ont font plein de bonnes choses et ils s’en réjouissent. Jésus leur dit : réjouissez-vous surtout parce que vos noms se trouvent inscrits dans les cieux.

Alors Frères et Sœurs dans le Christ, réjouissons-nous, nous aussi, aujourd’hui. Tout ce que nous faisons concrètement aux autres par amour reste inscrit dans le cœur de Dieu. Le message de la Croix est clair : Dieu nous aime au plus profond de lui-même… et ce, malgré nos péchés. Un Roi n’est roi que parce qu’il aime ses sujets, alors quand le Roi c’est le Christ Roi, il ne s’agit plus d’amour humain mais de miséricorde Divine et la bonne nouvelle : c’est que cette miséricorde de Dieu nous est accessible et que nous pouvons l’attirer à nous par des actes concrets à notre portée d’hommes et de femmes pécheurs.

Amen.


P. Pascal Desbois
Ez 34, 11-12.15-17 ; Ps 22 (23), 1-2ab, 2c-3, 4, 5, 6 ; 1 Co 15, 20-26.28 ; Mt 25, 31-46

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to Top