Lun-Ven: 16:30-18.30, Sam: 10:30-12:00
Messes : Sam 18:30, Dim 10:30
Homélie – L’Épiphanie, la fête de la galette
Accueil » La Liturgie  »  Messes  »  Homélie  »  Homélie – L’Épiphanie, la fête de la galette
Homélie – L’Épiphanie, la fête de la galette

Une radio d’information nous souhaitait à 13h une bonne fête de l’épiphanie… en ajoutant aussitôt : c’est la fête de la galette ! Suivi d’un reportage très complet sur toutes les sortes de galettes disponibles en boulangerie… Épiphanie vient de Epiphania qui signifie "manifestation" ou encore "apparition soudaine". Oui, dans la galette, va apparaître soudainement … la fève, le Roi sous la forme d’un petit jésus dans le meilleur des cas… cas qui est probablement le moins courant ou encore sous bien d’autres formes qu’il n’est pas nécessaire d’énumérer.

Pour nous, l’Épiphanie, c’est l’adoration des mages auprès… aux pieds de l’enfant Jésus. Ils ne sont pas venus par hasard à Bethléem… ce n’est pas au hasard d’un découpage de gâteau qu’ils ont pu se réjouir. Ils viennent d’Orient, ils se sont mis en route et ont fait un long voyage, sans savoir ce que pouvaient signifier les signes qu’ils voyaient dans le ciel ni où cela les mèneraient. Ils cherchent quelquechose de mystérieux et de grand. Ils recherchent le Graal ! Par leur observation de la nature, grâce à leur science, leur culture ou encore leur sagesse…. Ils cherchent chacun à leur façon la Vérité, la Vérité ultime qui couronnera leur recherche personnelle et toute leur vie.

Ils vont se rejoindre et arriver à Jérusalem… La recherche de la Vérité n’est pas qu’une activité solitaire, elle doit être partagée. La Vérité n’appartient à personne, elle n’apparaît et ne peut être contemplée qu’en la partageant ensemble… comme la galette !

Les trois rois mages avaient chacun apporté un présent pour le roi des Juifs. Pas le même heureusement ! Il n’y a pas qu’un seul chemin qui conduise à la Vérité ! Au contraire, leurs cadeaux se complètent et ensemble ils forment le seul vrai cadeau que l’on peut offrir à quelqu’un… celui qui lui correspond exactement :

• Cet enfant est Roi, il reçoit de l’or.

• Cet enfant est Divin, il reçoit de l’encens, manifestation de la présence divine.

• Cet enfant est Humain, il en possède les attributs : naître et mourir, il reçoit de la myrrhe qui sert à embaumer les corps.

Cette épiphanie est décidément collective, les mages devront en fin de parcours demander aux autorités  juives une dernière information cruciale : Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? C’est la tradition et la prophétie d’Israël qui leur donne cette ultime pièce à leur puzzle : à Bethléem, la ville de David... Cet enfant-roi est un fils de d’Israël… il fallait bien que l’histoire du peuple de Dieu participe à sa façon à cette épiphanie… La vérité distribue les rôles, chacun à sa place comme on distribue les parts de la galette aux convives… Fébé domine… pour qui ? Une voix innocente crie de dessous la table : pour tati Danielle !… Qui aura la fève ? Qui sera le Roi ? … Il faut consommer pour le savoir… la Vérité n’est pas un jeu de l’esprit… Il faut l’aimer, quel soit frangipane ou brioche ! Et puis le mystère apparaît, c’est tonton jacques qui a la fève… Finalement, tout est consommé et peu importe que ce soit tonton Jacques ou tati Danielle qui a la fève ! Une joie enfantine envahit l’assemblée, c’est l’essentiel… la Joie, ça se partage ou ça n’est pas !

Pour les mages, quand ils virent l’étoile, ils se réjouirent d’une très grande joie. Ils entrèrent dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à ses pieds, ils se prosternèrent devant lui. Instant d’Éternité, Épiphanie ou encore apparition soudaine… l’homme est fait pour adorer Dieu. Cette Vérité ultime nous est rapportée à l’aube de la vie de l’Emmanuel : C’est le projet bienveillant de Dieu de toute éternité ! Un projet à consommer dès ici-bas… même modestement. Jésus l’enseignera à ses disciples : aimez- vous les uns les autres comme je vous ai aimés ! C’est le seul chemin qui nous mène à l’adoration.

Nous avons certainement éprouvé dans nos rencontres ce goût d’autre chose, de quelque chose de plus grand. C’est en partageant le gâteau que l’on trouve la fève ! Et ça change tout ! Après l’adoration de l’enfant Jésus, les mages retournent chez eux… chacun dans son orient. Ils prendront un autre chemin, celui qui évite les embûches de l’adversaire. Après l’Épiphanie, on retourne à nos occupations… c’est la vie! Oui, mais elle est transformée pour toujours !

Alors la fête de l’Épiphanie, c’est bien la fête de la galette… oui, mais pas celle qui fait augmenter le chiffre d’affaire des boulangers ! Cette galette, c’est celle que partagent les enfants de Dieu, c’est celle de l’Eucharistie, celle de la joie d’être ensemble autour de ce petit enfant adoré par les mages et qui se donne à nous jusqu’à la fin du monde.

Amen.

P. Pascal Desbois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to Top