Lun-Ven: 16:30-18.30, Sam: 10:30-12:00
Messes : Sam 18:30, Dim 10:30
Homélie – fête de la Transfiguration du Seigneur
Accueil » La Liturgie  »  Messes  »  Homélie  »  Homélie – fête de la Transfiguration du Seigneur
Homélie – fête de la Transfiguration du Seigneur

Quand St Pierre rapporte la Transfiguration du Seigneur, ses mots sont sans détours : ce n’est pas en ayant recours à des récits imaginaires sophistiqués que nous vous avons fait connaître la puissance et la venue de notre Seigneur Jésus Christ, mais c’est pour avoir été les témoins oculaires de sa grandeur. St Pierre nous rapporte donc la Transfiguration en « témoins oculaires ».

La foi Chrétienne n’est pas une croyance en des idées, des valeurs ou en des récits mythologiques édifiant. La foi chrétienne repose sur des événements. Dans l’histoire des hommes, Dieu est intervenu et de bien des manières, toujours de façon surprenante pour les hommes. On peut se rappeler le rire d’Abraham et de Sarah à l’annonce de la future naissance de leur fils Isaac.

Ce qui nous semble impensable humainement, Dieu nous le propose comme possible pouvant être cru… pour cela Il donne des signes et il le réalise ! L’exode est une succession d’interventions de Dieu… Le peuple Hébreux apprendra que rien n’est impossible à Dieu quand il s’agit de son projet bienveillant. L’annonce du Messie se réalisera dans l’incarnation : Dieu s’est fait l’un de nous !… Inconcevable pour les hommes de l’ancienne alliance !

Tout ces événements nous sont rapportés par des témoins… d’abord de façon communautaire et orale, puis le témoignage a été mis par écrit par des hagiographes inspirés qui expriment le sens profond des événements pour que nous croyons comme l’écrit St Jean à la fin de son évangile. En fait, la foi commence par une sorte d’étonnement, comme une ouverture à l’inaccessible.

Pour autant la révélation est cohérente en elle-même… c’est ce qui fait sa crédibilité ! Croire en des propositions de foi incohérentes ou contradictoires ne serait d’ailleurs pas possible !

Dans l’évangile de St Matthieu, le mystère de la Transfiguration est encadré par les deux premières annonces de la passion. Rude annonce pour la foi des disciples ! L’annonce ne peut être reçue telle quelle par les disciples. Jésus est un maître extraordinaire par ce qu’il réalise et ce qu’il enseigne mais avant tout il est unique par qui il est ! c’est ce qu’ils devront accueillir dans la foi.

Quel sens peut avoir à ce moment l’annonce de la passion et de la résurrection ? c’est inaccessible à la pensée humaine… il leur faut un signe. Jésus le donne à Pierre jacques et Jean sur le mont Tabor nous dit la tradition.

La Transfiguration du Seigneur, c’est comme un point d’orgue dans la révélation. L’ancienne alliance avec Moise et Élie et les 3 apôtres pour la nouvelle alliance, sont réunis autour de Jésus Transfiguré. C’est toute l’histoire de la révélation qui est réunie.

A cette vue, Pierre prend la parole : Seigneur, il est bon que nous soyons ici ! Si tu le veux, je vais dresser ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. Pierre met sur le même plan les prophètes et Jésus. Mais Jésus est l’alpha et l’oméga dira St Jean. Il n’est pas un nième prophète.

La révélation va s’achever bientôt dans la lumière de la résurrection. C’est la résurrection du Christ qui éclaire toute l’histoire du Salut. Les disciples devront passer de la vision à la parole : du signe à la réalité.

Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie : écoutez-le !

Ce que dit le Fils à ce moment : ne parlez de cette vision à personne, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. Il ne doivent pas en parler car c’est la résurrection du Christ qui donnera son sens à la Transfiguration…

La Transfiguration du Seigneur est une très grande fête chez nos frères orthodoxes. Elle nous invite à la contemplation silencieuse, comme nous pouvons le vivre dans l’adoration eucharistique : Rester en silence devant le Saint Sacrement pour écouter le Fils bien-aimé, pour relire notre vie et y découvrir les signes de la présence de Dieu.

Alors nous accueillerons de plus en plus les paroles du Père : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie : écoutez-le.

Amen.

P. Pascal Desbois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to Top