Lun-Ven: 16:30-18.30, Sam: 10:30-12:00
Messes : Sam 18:30, Dim 10:30
Homélie : La foi de Marie – 4e dimanche de l’Avent B
Accueil » La Liturgie  »  Messes  »  Homélie  »  Homélie : La foi de Marie – 4e dimanche de l’Avent B
Homélie : La foi de Marie – 4e dimanche de l’Avent B

Le récit de l’annonciation est essentiel pour notre foi catholique. St Paul parle de la révélation d’un mystère gardé depuis toujours dans le silence. Il s’agit du Mystère de l’incarnation, deux mystères indissociables : Le Mystère de la Virginité de Marie et celui de la Divinité de Jésus.

Il y a d’abord cet événement unique de l’histoire d’Israël. L’incarnation aurait elle un sens en dehors de toute histoire humaine ? Alors Luc introduit son récit par une description plutôt précise des circonstances historiques de cet événement. Puis sans transition c’est la rencontre entre l’ange Gabriel et Marie, au cœur même du mystère.

Dans sa salutation, l’ange Gabriel va à l’essentiel : Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. C’est l’identité que l’ange donne à Marie de la part de Dieu. Marie a de quoi être toute bouleversée… L’ange lui donne les mots qu’elle pressentait en elle. Au cœur de l’histoire d’Israël surgit donc cette jeune fille inconnue mais unique aux yeux de Dieu. A l’annonciation, Dieu s’incarne en Marie pour réaliser son projet bienveillant : amener toutes les nations à l’obéissance de la foi, à Celui qui est le seul sage, Dieu, par Jésus Christ dit St Paul dans sa lettre aux romains. Marie connaît sa vocation à la virginité, une virginité « Comblée-de-grâce » qui se suffit donc à elle-même : Être comblé de grâce, c’est être avec le Seigneur justement. Cette Jeune femme unique dans sa relation à Dieu est l’objet d’une vocation universelle. Être femme dans le projet de Dieu, c’est être Mère. A l’annonciation, elle est mère du rédempteur :
Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils, il sera appelé Fils du Très-Haut, le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père, son règne n’aura pas de fin. Mère du rédempteur conforme à la prophétie d’Israël… Marie ne fait pas d’obstacle au Projet de Dieu et dès La salutation de l’ange, elle a déjà accepté la conception virginale (le puissant fit pour moi des merveilles...)

On interprète parfois sa question : Comment cela va-t-il se faire, puisque je ne connais pas d’homme ? Comme un doute de sa part. Pourtant Il n’y a aucun doute dans cette interrogation. C’est en nous-même que peut s’installer un doute ! La foi de Marie met à l’épreuve notre foi en l’incarnation… La foi en la virginité de Marie et la foi en la divinité de Jésus sont en fait indissociables. Marie sait que son état de virginité vient de Dieu et qu’il sera maintenu par grâce… Elle est la Vierge à l’enfant. Si Marie pose à l’ange cette question c’est justement parce qu’elle ne doute pas que cela va se réaliser : Comment cela va-t-il se faire ?… C’est une Interrogation sans détour !… Marie est celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur ! confirmera sa cousine Elizabeth. Marie est concrète, et sa question le manifeste. Elle exerce légitiment sa liberté avec une confiance absolue en Dieu. Quelle délicatesse entre Dieu et Marie !… peu être celle entre une mère et son fils ! L’ange lui donne une réponse concrète et sans détour : L’Esprit Saint viendra sur toi… c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu… Ce dialogue nous dit la proximité à Dieu de Marie. Rendue capable de concevoir par grâce ! Conception virginale de Marie.

Et si celui qui va naître est appelé Fils de Dieu, Marie sa Mère est donc la Mère de Dieu…On comprend un tel respect de la part de l’ange Gabriel pour cette jeune fille… Marie est donc Mère de Dieu de toute éternité ! A l’annonciation, c’est l’Éternité qui rejoint le temps… La fin de la rencontre est abrupte : Alors l’ange la quitta. Dieu agit toujours en se retirant !

Méditer sur cet évangile nous prépare à la naissance de l’Emmanuel. Avant la simplicité et l’humanité de la crèche, il y a la simplicité et l’humanité de la servante du Seigneur. C’est comme cela qu’elle se qualifiera en guise de « oui ». Mais elle est également servante des hommes, plus exactement, notre mère du ciel. Elle guide notre humanité pour qu’elle soit de plus en plus configurée à celle de son Fils. A la Croix, c’est le Christ qui lui donnera cette mission : être la Mère de tous les croyant. Elle nous apprend dans la foi à accueillir le Christ déjà présent en nous.

Amen

P. Pascal Desbois

2 S 7, 1-5.8b-12.14a.16 ; Ps 88 (89), 2-3, 4-5, 27.29 ; Rm 16, 25-27 ; Lc 1, 26-38

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to Top