Lun-Ven: 16:30-18.30, Sam: 10:30-12:00
Messes : Sam 18:30, Dim 10:30
Homélie – Le Fils de l’homme
Accueil » La Liturgie  »  Messes  »  Homélie  »  Homélie – Le Fils de l’homme
Homélie – Le Fils de l’homme

Dimanche dernier, Jésus se retirait dans la région de Tyr et de Sidon. Et c’est une femme païenne, la cananéenne qui découvre l’identité de Jésus : « Prends pitié de moi, Seigneur, fils de David ! » Aujourd’hui Jésus arrive dans la région de Césarée-de-Philippe. Césarée-de-Philippe se Situe à 40kms au nord de la Mer de Galilée, C’est l’emplacement de l’une des plus grandes sources nourrissant le Jourdain. De nombreux temples furent élevés dans cette ville durant les périodes grecques et romaines.

Alors la question de Jésus à ses disciples prend toute son actualité :

« Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? » Les disciples énumèrent les diverses opinions qui ont cours : « Pour les uns, Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes ».

La véritable réponse ne peut pas venir d’une opinion quelle qu’elle soit.

Mais d’où vient l’expression « fils de l'homme » ? L’expression Fils de David utilisée par la cananéenne était la désignation classique du messie donné par les prophéties de l’ancien testament(Isaïe).

L’expression « fils de l'homme » apparaît dans le livre de Daniel (Daniel 7,13). Elle désigne le vainqueur des puissances du monde à qui la royauté universelle est remise. Dans les Évangiles, elle apparaît plus de 70 fois. Et... exclusivement sur les lèvres de Jésus ! C’est par cette expression que Jésus se nome le plus souvent. Pourquoi Jésus se présente-t-il ainsi habituellement? Peut-être à cause du double sens qu’il induit :

  • Car il peut être compris dans un sens banal : Jésus est « fils de l'homme », Il est effectivement enraciné dans une descendance, rattaché à une famille, des amis, un métier, un village… Il vit discrètement, sans revendiquer sa filiation divine.
  • Mais l'expression renferme aussi cette allusion au livre de Daniel et laisse entrevoir l'autre face, plus mystérieuse, de son identité. Cet homme a un rapport particulier à Dieu.

L'expression laisse en définitive ses interlocuteurs libres. Libre d'ignorer qui est Jésus, de le questionner sur son identité, de se mettre à sa suite ou non. Pourtant, Jésus va en quelque sorte forcer la main à ses disciples :

« Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? »

Pour suivre Jésus, on doit se poser cette question... un disciple ne peut ignorer l’identité de son maître ! Pour moi qui est Jésus ? tôt ou tard cette question devra être posée. Sans cette question, être disciple du Christ, suivre le Christ peut devenir simplement une adhésion à des valeurs, ou bien encore appartenir à une tradition particulière, même vénérable. Le catéchisme, le magistère de l’Église et la théologie donnent des réponses qui nous aident à rentrer dans le mystère chrétien… Pierre donne sa réponse : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! » Et Jésus affirme aussitôt que sa réponse ne vient pas de lui mais de son Père qui est aux cieux...

Jésus avait déjà été désigné comme le fils de Dieu... par le tentateur et les démons. Également après avoir apaisé la tempête les disciples qui étaient dans la barque se prosternent devant lui, en disant: "Vraiment, tu es Fils de Dieu!"...

Mais la réponse de Pierre est unique, c’est la réponse de l’Église, la réponse croyante, la réponse qui la fait exister, et qui la définie. Elle est donc bien plus qu’une définition théologique, mais l’adhésion réelle à la Personne du Christ. Pierre recevra de lui les clefs du Royaume des Cieux :

« Tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux. »

En donnant les clefs du royaume des Cieux à Pierre et à ses successeurs, le Royaume des cieux devient accessible aux hommes. Pierre est la pierre sur laquelle Jésus bâtit son Église. L’Église a donc autorité pour annoncer la bonne nouvelle. Dans notre société, certains voudraient supprimer ou relativiser les autorités religieuses, pourtant Jésus institue clairement l’autorité de son église avec des rôles bien définis pour chacun. Dieu veut sauver l’homme tel qu’il est, les sociétés humaines ont besoin de guides dans n’importe quel domaine, une société sans guide devient un peu un ventre mou ! On nomme le Pape « vicaire du Christ », c’est par lui que le Christ agit pour le bien de son Église et de tous les hommes. Le successeur de Pierre a avant tout un ministère d’unité : qu’ils soient uns pour que le monde croit prie Jésus dans St Jean.

Aujourd’hui, l’évangile nous fait aussi mesurer la chance que nous avons d’appartenir à son Église, à la Sainte Église Catholique comme nous l’affirmons dans le Credo… Aujourd’hui, l’évangile nous fait méditer sur l’identité que Jésus se donne lui-même : Le fils de l’homme, c’est celui qui est vainqueur des puissances du monde, mais aussi c’est celui qui est venu partagé notre condition humaine excepté le péché. Dieu s’est abaissé pour nous relever avec des médias humains au service du Royaume des Cieux. Dieu ne veut pas sauver l’homme sans l’homme.

Alors pour moi aujourd’hui, qui est Jésus ?

Amen

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to Top