Lun-Ven: 16:30-18.30, Sam: 10:30-12:00
Messes : Sam 18:30, Dim 10:30
Psaume de la messe du 5ème Dimanche Ordinaire B (Ps 146)
Accueil » La Liturgie  »  Messes  »  Psaumes  »  Psaume de la messe du 5ème Dimanche Ordinaire B (Ps 146)
Psaume de la messe du 5ème Dimanche Ordinaire B (Ps 146)

Lectio Divina, Lecture Priante

Bénissons le Seigneur qui guérit nos blessures

Psaume 146(147)

1. Il est bon de fêter notre Dieu, il est beau de chanter sa louange !

3. il guérit les cœurs brisés et soigne leurs blessures.

4. Il compte le nombre des étoiles, il donne à chacune un nom ;

5. il est grand, il est fort, notre Maître : nul n'a mesuré son intelligence.

6. Le Seigneur élève les humbles et rabaisse jusqu'à terre les impies.

7. Entonnez pour le Seigneur l'action de grâce, jouez pour notre Dieu sur la cithare !

Les 11 versets de ce psaume disent des motifs de louer Dieu. D'abord, 1ère strophe (v.1-3) les interventions de Dieu qui guérit son peuple des blessures de son histoire. Et de l'histoire personnelle de l'auteur du psaume. La puissance de la miséricorde de Dieu. La 2ème strophe liturgique (v.4-5) chante la puissance cosmique du Seigneur : Il compte le nombre des étoiles... Oui, il est grand, il est fort... nul n'a mesuré son intelligence. Les versets suivants, non choisis ici, exalteront cette puissance de Dieu dans la nature, nuages, pluies, vie, végétation, animaux... La 3ème strophe liturgique (v.6-7) exprime la préférence de Dieu envers les humbles.

Il guérit... Il soigne... Dans la première lecture de ce dimanche, Job n'est pas très enthousiaste : Vraiment, la vie de l'homme sur la terre est une corvée. Job s'en plaint à Dieu : Souviens-toi, Seigneur, ma vie n'est qu'un souffle, mes yeux ne verront plus le bonheur. Job affronte la souffrance... et le silence de Dieu sur ce monde de la souffrance. Chacun d'entre nous a vécu, vit,  vivra, ces moments-là. Personnellement ou autour de lui...''Qu'ai-je fait au bon Dieu'' entendons-nous, ou pensons-nous, parfois. Job, après un combat intérieur très fort avec et même contre Dieu, entrera dans la confiance totale en son Seigneur. Il pourrait alors chanter comme nous dans cette eucharistie : Il guérit les cœurs brisés et soigne leurs blessures. La puissance de Dieu, pour chacun de nous, pour nos personnes, Dieu attend seulement notre confiance. Jésus vient réaliser la puissance d'amour de Dieu. Il rassemble les êtres dispersés, les ''déportés'' des ''Babylone'' de toujours et d'aujourd'hui, de notre monde. Il guérit, il pardonne, il enseigne. Dans l’évangile de ce dimanche, cette phrase : Il guérit beaucoup de gens...

Il compte le nombre des étoiles..La 2ème strophe liturgique chante la puissance cosmique du Seigneur : Oui, il est grand, il est fort... nul n'a mesuré son intelligence. Les versets suivants, non choisis ici, exalteront cette puissance de Dieu dans la nature, nuages, pluies, vie, végétation, animaux...

Le Seigneur élève les humbles. Les ''pauvres'' de toutes les époques, les ''anawims'' sur qui nous méditons souvent. A toute blessure dans une personne et dans une société, il y a une blessure dans le cœur de Dieu notre Père. Jésus Fils de Dieu vient guérir les cœurs blessés et nous invite à faire de même. Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux. (Mt 5) Il s’est penché sur son humble servante ; désormais, tous les âges me diront bienheureuse. (le Magnificat de la Vierge-Marie)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to Top